• Freddy Les Griffes de la Nuit

    Freddy - Les Griffes de la Nuit

    (A Nightmare on Elm Street)

    de Samuel Bayer

    Avec Jackie Earle Haley - Rooney Mara et Kyle Gallner

    Freddy Les Griffes de la Nuit

    USA - 2010 - Horreur 

    ______________________________________________

     

    Freddy Les Griffes de la Nuit

    Après Michael Myers, Jason Vhoorees et Leatherface il était presque inévitable de voir ce brave Freddy Krueger échapper à la mode des remakes qui permettent soit disant de remettre au goût du jours les boogeymen les plus emblématiques du cinéma d'horreur de ses dernières années. On pouvait être à la fois perplexe à l'annonce d'une telle entreprise d'autant plus avec l'absence de Robert Englund ,l'acteur semblant à jamais lié à son personnage, mais aussi confiant vu la qualité des précédents remakes des œuvres de Wes Craven. D'un point de vu plus personnel j'attendais ce remake avec autant d'envie que de fébrilité étant un grand fan de Freddy K. (Pseudo sous lequel j'écume le net) et Les griffes de la nuit découvert en salle à 13 piges étant l'un des films fondateur de ma passion pour le cinéma horrifique

    On retrouve donc une tranquille petite bourgade américaine dans laquelle plusieurs jeunes gens se retrouvent confronter à des terrifiants cauchemars dans lesquels un mystérieux homme au visage brûlée vêtu d'un pull rayé avec la main droite gantée et munie de lames de rasoir semble les persécuter. Cet homme semble pouvoir à travers les rêves atteindre et tuer ses victimes, les jeunes gens commencent alors une enquête pour comprendre qui est ce mystérieux Fred Krueger....

    Freddy Les Griffes de la Nuit

    Entre remake et reboot il est difficile de clairement faire la part des choses concernant le film de Samuel Bayer. D'une part le film reprends la plupart des moments les plus emblématiques du film de Craven avec la scène du bain, les apparitions de la jeune fille dans le sac à cadavres, le corps dépecé au plafond ou encore Freddy dont la silhouette sort d'un mur comme si c'était un tissus... Des séquences que Samuel Bayer pompe à l'identique tout en réussissant à ne jamais surpasser les scènes du film d'origine mais qui laisse parfois la sensation d'un remake plan plan sans la moindre ambition. D'un autre coté il est assez logique de penser que Michael Bay espère bien relancer la franchise en proposant cette fois ci une nouvelle relecture du film de Craven. La plus grosse différence entre le film originel de 1984 et cette version 2010 reste l'aspect criminel du passé de Krueger qui était un tueur d'enfant dans le film de Craven et qui devient ici un pédophile. Après avoir vu le film il reste une sensation étrange que ce changement n'apporte finalement rien de nouveau si ce n'est une certaine dimension dramatique facile basé sur une réalité sordide. Incontestablement la scène durant laquelle la jeune Nancy explore l'antre de Fred Krueger et comprend ce qu'elle a subit dans ses lieux est un moment fort qui donne au film de Bayer une puissance dramatique relativement absente du film de Wes Craven. Difficile pour autant de trouver ce Freddy nouvelle version beaucoup plus effrayant que l'ancien, on rompt certes avec le coté cynique et guignol de la majorité des films précédents mais Bayer ne fait que revenir vers l'original qui parlait peu et possédait un vrai charisme de croque mitaine universel. De plus en faisant de Freddy un pédophile on comprends un peu moins l'usage des griffes alors qu'elles étaient les instruments de mort du tueur.

    Freddy Les Griffes de la Nuit

     

    Fatalement un Freddy Krueger sans Robert Englund ne peut pas être totalement un Freddy, l'acteur est tellement indissociable du rôle qu'il semble à jamais en incarner l'essence et l'âme du personnage. C'est donc ici Jackie Earle Haley qui incarne le boogeyman au chapeau mou et aux griffes acérées et paradoxalement il est difficile de lui reprocher quoi que ce soit si ce n'est de faire finalement du Englund sans jamais avoir le charisme de Englund. Car hormis le relooking de sa tronche (pas des plus réussi d'ailleurs) il est difficile de vraiment savoir ce que Jackie Earle Haley apporte de nouveau au personnage qui ressemble pour beaucoup dans son comportement, ses intonations et sa gestuelle au Krueger de Les griffes de la nuit. Sans tomber dans la grosse rigolade le personnages conserve ses phrases cyniques et décalé du style « on de dort pas en cours » et ne semble finalement pas bien plus sadique ou sombre que dans le film de Wes CravenSamuel Bayer semble même oublier que Krueger est un personnage évoluant dans un monde onirique en nous privant du coup de ses automutilations et de ses apparitions les plus fantasmagoriques comme lorsqu'il avançait avec des bras démesuré dans le film de Craven. Une chose est certaine la plus belle incarnation de Krueger reste à jamais Robert Englund dans Freddy sort de la nuit.

    Freddy Les Griffes de la Nuit

    Dans cette nouvelle version Samule Bayer abandonne aussi toute la thématique du rêve et de cette réalité alternative pouvant entraîner des effets physiques. Ce serait mentir de prétendre que Craven explorait à fond cette idée dans Les griffes de la nuit mais il avait le mérite de parfaitement l'intégrer dans son film à travers la séquence de l'expérimentation du sommeil de Nancy. On abandonne aussi beaucoup dans cette version l'image de la classe moyenne américaine bien propre sur elle tout en étant capable d'aller se faire justice en brûlant vif un criminel, car si cet aspect persiste dans le film de Bayer il est bien moins mis en avant que dans la version de Craven qui terminait d'ailleurs son film sur une vision paradisiaque d'un happy-end improbable montrant les victimes revenus des morts et les parents débarrassés de leur culpabilité avant que les griffes du passé ne reviennent arracher le sourire de leur visage. Le film de Bayer se concentre beaucoup plus sur les jeunes, sur leur quête de souvenirs et leur défi face à un Krueger voulant se venger d'avoir été dénoncé.

    Ce nouveau Freddy aurait sans doute pu s'intituler Les griffes de l'ennuie tant c'est pour moi la sensation qui prédomine durant les 90 minutes qui fatalement possède des airs de déjà vu et en beaucoup mieux. Les personnages sont peu attachants et ressemblent finalement à un casting lambda de slasher, on retiendra juste la performance de Rooney Mara en Nancy mais il est vraie que c'est le seule personnage du film à avoir un début d'épaisseur psychologique à défendre. Les mauvaises langues me diront que le casting du film de Craven n'était pas non plus voué aux Oscars mais je persiste à penser que Heather LangenkampJohn Saxon et Johnny Depp incarnaient par exemple des personnages plus crédibles que leurs homologues du présent remake. Et puis le film de Samuel Bayer est finalement assez mou, relativement avare en frisson et plutôt pauvre en sang. En plus le film est rempli du jump scares pas toujours des plus efficaces comme si Bayer était incapable d'installer une véritable angoisse et préférait du coup l'effet ponctuel. Il faut dire aussi que les personnages ont une forte tendance aux micros siestes partout ou ils se trouvent que ce soit à la piscine ou lors de l'enterrement d'un ami, ce qui en fait bien pratique car Freddy peut surgir à n'importe quel moment puis disparaître aussi sec juste le temps d'un petit sursaut. Le film de Samuel Bayer joue alors à outrance sur l'ambiguïté entre réalité et rêve puisque les personnages sont capables de pioncer tout le temps et n'importe ou.

    Freddy Les Griffes de la Nuit

    Un peu comme le Vendredi 13 de Marcus Nispel ce Freddy -Les griffes de la nuit n'a rien de vraiment déshonorant et encore moins quelque chose de formidable. Le film de Samuel Bayer se range dans cette catégorie de films inutiles qui n'apporte rien et qui confirme que les remakes sont souvent des liftings de surface pour des spectateurs définitivement hostile au moindre effort vers des films plus anciens. Une chose est certaine je préfère l'œuvre originel de ma génération à cette photocopie tendance pour jeunes incapable de regarder un film qui a plus de cinq ans. C'est pas demain la veille que l'avatar de mon pseudo adoptera les traits du Freddy de 2010.

     

    ________________________________________________________________

    J'aime : Une dimension dramatique parfois absente du film de Craven.

    J'aime moins : Un remake inutile qui oublie toute la dimension onirique des griffes de la nuit - Globalement assez soporifique.

     

    Ma note : 03/10 

    « Ironmaster La Guerre du FerMartyrs »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :