• SUICIDE SQUAD de David AYER

    ________________________________________________________________________

    SUICIDE SQUAD 

    de David Ayer

     

    SUICIDE SQUAD de David AYER

     

    USA - 2016 - Action / Fantastique

    __________________________________________________________________________

    Sur-vendu pendant des mois par Warner comme la version badass, hardcore et adulte des Zentils Zavengers ; Suicide Squad et sa clique de supers vilains avait (du moins sur le papier) de quoi faire saliver le cinéphage fatigué d'ingurgiter du blockbuster super-héroïque formaté Disney/Marvel. Malheureusement le résultat est très loin d'être à la hauteur des attentes et des fantasmes suscités par le projet et au bout du compte Suicide Squad n'est même pas loin du naufrage le plus total et le plus embarrassant y compris dans sa version longue.

     

    Le pitch de Suicide squad est donc que pour faire face à une nouvelle forme de menace méta-humaine il faut mettre en place une nouvelle forme de défense. C'est pour cette raison que l'agent Amanda Waller recrute les pires criminels croupissants en prison afin de former dans le plus grand secret un commando suicide.

     

    SUICIDE SQUAD de David AYER

     

    Il est quasiment impossible de faire la liste non exhaustive des défauts qui plombent Suicide Squad et l'attire parfois inexorablement jusqu'aux limites du nanar pété de thunes. Le film souffre déjà d'un gros problème d'écriture car en plus de ne strictement rien raconter de plus que son simple pitch de départ, Suicide squad se paye le luxe de ne jamais parvenir à le faire exister. Entre la présentation des personnages à la mode clip MTV, les flash-back placés n'importe comment expliquant en mode accéléré l'origine des persos, l'intrigue qui n'a pas le moindre enjeu dramatique, la triste forme linéaire d'un scénario bourré de trous il est difficile de sauver quoi que ce soit de positif à l'écriture et la construction du film. C'est bien simple le script de Suicide squad se limite au strict minimum de son concept comme si il se suffisait en tant que tel ; du coup en un résumé de deux lignes on peux raconter absolument TOUT le film.

     

    Mais plus embêtant dans tout ça, c'est que Suicide Squad foire aussi la caractérisation de la plupart de ses personnages et du coup le film transforme sa bande de super méchants soit disant super badass et dangereux en une bande de dépressifs pleurnichards semblant sortir d'une soirée cosplay en roulant des mécaniques avant de devenir de gentils boy-scouts comme 95% des super-héros classiques . On sent bien que le film voulait humaniser et rendre sympathique ses personnages et montrer que sous les carcasses des criminels battait un petit cœur tout bleu, mais il le fait de manière tellement lourde et démonstrative que ça en devient limite ridicule. Alors on a droit à Katana qui pleurniche sur son homme disparu, Deadshot qui se lamente sur l'avenir de sur sa fille, Diablo qui pleure sur sa famille, Rick Flag qui rêve de sa petite amie et Harley Quinn qui passe son temps à chercher son poussin d'amour... autant dire qu'on est loin de la horde sauvage. Dans sa grande majorité aucun des personnages de Suicide Squad ne parvient à fasciner ni même accrocher vraiment le spectateur. Il faut déjà savoir que Deadshot et Harley Quinn monopolise à eux deux 95% de l'espace et du temps laissant aux autres personnages trois dialogues et deux scènes pour tenter d'exister un peu dans le film. Deadshot est totalement vampirisé par un Will Smith omniprésent à faire du Will Smith et le personnage semble trop souvent être le nombril du film. De son côté, même si Jared Leto avait la lourde tâche de succéder à Heath Ledger ou Jack Nicholson dans le rôle, sa prestation en Joker version gangster racaille bling-bling hystérique est passablement raté . La scène dans le dancing durant laquelle Le Joker se comporte comme un petit Scarface de quartier en traitant Harley Queen comme une biatch de dancing est pour le coup carrément gênante. Le seul personnage à la fois fou, dangereux et un poil attachant du film est incontestablement Harley Quinn interprété par Margot Robbie … Même si la comédienne n'est jamais très loin du cabotinage, le personnage (bien que pas totalement réussi) sauve quand même souvent Suicide Squad du marasme le plus total. Dommage que lors d'une séquence censé révéler les rêves secrets des personnages on se rende compte que Harley Quinn se verrait bien vivre dans une publicité Kinder avec deux enfants , un pavillon de banlieue et un gentil mari en costume cravate …. ce qui gâche quand même un peu l'aura dérangée et déglinguée du personnage.

     

    SUICIDE SQUAD de David AYER

     

    Déjà bien plombé à l'écriture Suicide Squad ne parvient même pas à donner satisfaction dans son aspect visuel plus proche d'un Batman version flashy fluorescent à la Joël Schumacher que des ambiances gothiques à la Tim Burton ou crépusculaire à la Christopher Nolan. C'est bien triste à dire mais Suicide Squad est visuellement assez laid avec ses débauches de CGI foireux, ses monstres marrons informes qui ressemblent à des étrons géants et son incapacité chronique à créer un semblant d'ambiance visuelle. On pourrait (presque) pardonner tout ça si le film était un divertissement bien bourrin et bourré d'actions dantesques. Et bien non !!! Le plus souvent on s'emmerde assez fermement devant le film et les scènes d'actions sont tellement bordéliques, mal foutus et sur-découpés qu'elles deviennent tout simplement pénibles à regarder. On pourrait encore disserter longtemps sur les incohérences et les trous d'un script anémique, sur la pertinence même de cette escouade avec un type qui lance des boomerangs, une meuf hystérique avec une batte de Baseball et un tueur à gage pour lutter contre une sorcière aux pouvoirs sur-humain mais à quoi bon tirer plus encore sur l'ambulance... A mesure que se déroule sous nos yeux la déliquescence du projet, Sucide Squad fait pschitttt comme la grosse baudruche vide qu'il est....

     

    Le verdict est donc sans appel,Suicide Squad est donc bel et un bien un mauvais film avec ses faux vrais super méchants et ses innombrables défauts d'écriture, de mise en scène, de choix artistiques douteux. Les plus tolérants sauveront sans doute Harley Quinn du naufrage mais Suicide Squad n'est finalement qu'un bidon de lessive vide que Warner est parvenu à nous vendre en nous faisant croire qu'il contenait de la poudre à canon, une triste farce qui tombe à plat comme 95% des vannes lourdingues qui traversent le film.

     

    Ma note : 02/10

      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :