• MAGGIE de Henry Hobson

    ________________________________________________________________________

    Maggie

    de Henry Hobson

    MAGGIE de Henry Hobson

    USA / 2015 / Horreur - Drame

    _____________________________________________________________________________

    Pour son premier film en tant que réalisateur Henry Hobson choisit de se frotter au genre désormais très (trop) à la mode du film de zombies. Mais plutôt que de verser dans l'horreur pur et dur Maggie tente de traiter d'une façon assez originale (originalité toutefois très relative) cette énième histoire de contamination. Loin des ravages globaux d'une infection c'est à travers le prisme resserré d'un mélodrame familiale que Hobson aborde cette fois ci le genre.

     

    MAGGIE de Henry Hobson

    Maggie raconte l'histoire d'un père de famille qui décide de garder chez lui sa fille mordue et donc infectée alors que cette dernière se transforme lentement mais inéluctablement en zombie. Si Maggie à fait parler de lui c'est que le film s'est offert un joli petit buzz médiatique lors de sa sortie en salle grâce à la présence d'Arnold Swarzenegger dans un rôle dramatique plutôt à contre emploi. Malheureusement, malgré une ambiance visuelle à la fois douce et morbide assez réussi, cette parabole sur la maladie et l'accompagnement vers la mort ne convainc qu'à moitié. Car Finalement Maggie ne fait qu'étirer sur 90 minutes une scène récurrente de 95% des films de zombies lorsque qu'un personnage se retrouve confronté à l'infection d'un proche et qu'il doit faire face au dilemme de sa mort. Comme dans l'histoire de Maggie l'infection prend huit semaines d'incubation cela permet juste à Henry Hobson d'allonger un peu la sauce. On pourra aussi regretter la direction plutôt « grand public » du film avec toujours une certaine distance vis à vis de l'horreur pur et dur ; Hobson évitant systématiquement les choses les plus perturbantes, violentes et organiques de son script. Mais le plus embêtant reste que jamais Maggie ne parvient vraiment à faire naître l'émotion, la faute sans doute à une relation père/fille à peine esquissé et à un récit à la fois excessivement lent, sans intensité et surtout sans la moindre surprise.

     

    Alors au bout du compte on se dit que finalement il ne se passe pas grand chose dans Maggie et que cette histoire qui se devait d'être viscérale et bouleversante est juste désespérément plate et très épisodiquement touchante. Tout le contraire du très joli et trop méconnu Zombie Honneymoon .

     

    Ma note : 05/10

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :